Lundi 3 août 2020

Métaphore de la prière? (Marc 4,26-29)


Lire le texte

La parabole de la semence qui pousse toute seule m’apparaît comme une métaphore de la prière. Je suis appelé à reconnaître que tout ne dépend pas toujours de moi, de mon activisme ou de ma suractivité. Simple en apparence, plus compliqué dans la réalité. Prier, n’est-ce pas s’en remettre à Dieu comme le semeur de la parabole? Une fois son travail initial accompli, la part qui dépend de son labeur, de sa responsabilité et de ses compétences, le prieur-semeur peut s’en aller dormir sereinement, conscient qu’un Autre prend le relais et apporte sa touche personnelle. Une fois formulée, ma prière m’échappe pour poursuivre son existence propre. Comme la graine semée, elle n’est plus de mon ressort, elle n’est plus sous ma maîtrise. Elle continue à exister sans que je sache comment. Et tant mieux! Dans la parabole de la semence qui pousse toute seule comme dans la prière, je peux faire l’expérience du lâcher prise, de la confiance. La confiance, n’est-elle pas justement le meilleur engrais pour que la prière prenne forme et s’épanouisse librement?

Christophe Allemann

Prière: Seigneur, apprends-moi à agir comme si tout dépendait de moi, sans fuir mes responsabilités. Apprends-moi aussi et en même temps à prier comme si tout dépendait de toi, sans faire abstraction de mes propres limites. Dans l’action comme dans la prière, enseigne-moi la confiance.  

Référence biblique : Marc 4, 26 - 29

Commentaire du 04.08.2020
Commentaire du 02.08.2020